Revenir à l’emploi après 15 ans d’absence

Une infirmière de formation ayant déjà suivi une réinsertion dans le domaine de la santé vient me trouver en m’expliquant, découragée, qu’elle a 49 ans et un trou de 15 ans dans son CV. Il lui est donc impossible de retrouver un travail.

Selon une estimation de Travail.Suisse, elles seraient chaque année 13’500 mères à souhaiter revenir sur le marché du travail. Autant dire que cela constitue une réserve de talents non négligeable dont l’économie aurait tort de se priver. La réinsertion de ces femmes constitue donc un défi d’importance pour les entreprises en ces temps de manque de talents dans de nombreux domaines.

Avant de recevoir en entretien une femme en réinsertion, il me semble important de mieux comprendre ses freins et ses doutes afin de ne pas passer à côté d’un potentiel qui pourrait se révéler précieux. Le facteur de l’âge est bien souvent une des premières choses que les personnes en réinsertion, autant homme que femme du reste, avancent comme handicap majeur.

Ensuite, la question d’une longue absence du marché du travail leur fait perdre leur confiance en soi et par effet boule de neige les éloigne des personnes de leur réseau. Suis-je encore capable de m’intégrer, comment vais-je m’organiser? Vais-je pouvoir m’adapter à une équipe ou avoir un chef beaucoup plus jeune que moi? Toutes ces questions leur semblent insurmontables et elles doutent fortement de leurs capacités. Le niveau de qualification est un facteur aggravant, car plus elles sont formées plus elles mesurent le décalage qui s’est forgé pendant ce temps d’éloignement de la sphère professionnelle.

Dans le cas de cette infirmière, le premier pas, qui a consisté à revisiter son CV et mettre en valeur ses points forts, lui a permis de se donner une meilleure image d’elle-même. Il s’est agi ensuite de présenter son fameux «trou» de 15 ans comme une période durant laquelle elle n’a jamais cessé d’acquérir de l’expérience. En l’occurrence, un de ses enfants souffrait d’un grave problème de santé donc elle n’a pas vraiment cessé d’exercer dans le domaine des soins. Elle a ainsi pu présenter cette période de sa vie dans un langage plus professionnel, ce qui a renforcé l’ensemble de son parcours. Enfin, il était essentiel de la reconnecter avec des personnes de son domaine professionnel, lui donner de premiers contacts réseau afin de lui permettre de se présenter pour valider son dossier et se faire connaître.

L’issue fut heureuse, car elle a retrouvé un poste assez rapidement. Toutefois la démarche peut s’avérer complexe pour d’autres et nombreuses autres personnes se sentent encore isolées, perdues et finissent par renoncer.

 

Pour illustrer ce phénomène, je vous invite à visionner le court métrage de sensibilisation que Pacte a réalisé avec le soutien du Bureau Fédéral de l’Égalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *