A = M x T x B x P

La réussite de l’apprentissage repose sur quatre facteurs retranscrits dans la formule suivante:
Apprentissage = Motivation x Temps x Besoin de se tromper x Partage

Motivation: Pour favoriser l’apprentissage, un participant doit être motivé. Cela paraît évident mais dans les faits, cela l’est moins: des participants qui suivent une formation «par obligation» ou alors «qui ne savent pas pourquoi ils sont là» font rarement un apprentissage efficace. Il est primordial de donner du sens tout au long du parcours d’apprentissage; cela aura un levier sur la motivation. Prenons l’exemple d’un individu qui veut apprendre une langue étrangère «pour le plaisir» en comparaison d’un autre qui veut apprendre une langue étrangère pour mieux communiquer avec l’amour de sa vie originaire d’un pays lointain. Qui sera le plus motivé et fera un apprentissage efficace? La réponse est sans équivoque!

Temps: Apprendre prend du temps. Le temps à consacrer pour développer une compétence peut varier d’une personne à une autre, cela dépendra de son expérience initiale sur le sujet, de sa motivation (on y revient!) et de sa faculté à apprendre. Le facteur temps est un risque auquel le formateur doit faire face; il arrive souvent que les commanditaires demandent à développer de nombreuses compétences pour leurs collaborateurs en prenant le moins de temps possible. Apprendre plus vite est difficilement possible, par contre il est possible d’apprendre de manière plus adaptée.

Besoin de se tromper: Des études en neurosciences ont démontré qu’un cerveau qui ne commet aucune erreur n’apprend pas. Ainsi, l’erreur a toute sa place dans les processus d’apprentissage. Dans un monde professionnel où tout est performance, il est parfois difficile de se donner droit à l’erreur ou de se montrer imparfait. Inversement, dans un contexte de formation il est plus simple de se tromper, de comprendre pourquoi on s’est trompé, de recommencer et au final d’apprendre.

Partage: Souvent, en fin de formation, lors du débriefing final, les participants relèvent qu’ils ont apprécié le partage et les échanges entre apprenants. Cela s’explique par le fait que l’apprentissage entre pairs crée du lien social et renforce la motivation (on y revient encore!). L’apprenant change de posture et devient à son tour formateur, ce qui permet de favoriser le taux de rétention de l’information. Cet apprentissage par les pairs ne peut être que bénéfique; à condition qu’il soit bien cadré par un formateur et utilisé de manière judicieuse.

Comment intégrer ces quatre facteurs dans son dispositif? Est-ce qu’une formation en présentielle va les favoriser? Ou alors une formation numérique? Ou encore une formation en situation de travail? C’est justement là que les approches multimodales (ou hybrides) prennent du sens. Les complémentarités de ces approches permettront un apprentissage efficient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *