Toujours bien payées, les femmes cadres supérieures?

C’est par un coup de gueule que l’année a débuté, celui de Carrie Gracie – la rédactrice en chef de la BBC en Chine -, qui a démissionné avec fracas pour protester contre les inégalités salariales. Par ce geste, elle dénonce la culture salariale secrète et illégale au sein de la chaîne britannique et le fait savoir.

Sa réaction a fait suite à la publication, par son employeur, des salaires des dirigeants et présentateurs vedettes qui révèle que parmi les 200 plus hauts salaires on trouve seulement un tiers de femmes et avec des rémunérations bien inférieures à celles de leurs homologues masculins. Dans son cas, Carrie Gracie dénonce une différence de l’ordre de 50% avec une fonction masculine de même type. On parle ici d’un salaire annuel de plus de 169’000 euros, soit près de 190’000 francs! Et la journaliste d’indiquer: «Je ne demande pas plus d’argent, je pense être déjà très bien payée. Je veux simplement que la BBC se conforme à la loi et valorise hommes et femmes de manière égale».

Constatons tout d’abord que l’affaire Carrie Gracie n’a pas eu l’effet de déclencher autant d’indignations que le cas Weinstein et n’a pas été suivie par d’autres démissions spectaculaires. Une femme de cette envergure qui rompt son contrat de travail devrait provoquer un effet de levier et pousser à sortir du bois toutes celles qui n’osent pas. Son acte courageux est plus que symbolique. Est-ce parce qu’elle gagne bien plus que la moyenne qu’elle attire moins de solidarité collective? Ce serait dommage car justement c’est pour les postes à responsabilités que l’écart salarial peut être très important et peut atteindre 20 à 30%, voire plus comme ici.

Il faut aussi savoir que les femmes occupant des postes à responsabilités ne se méfient pas toujours et ont tendance à penser que tout roule pour elles. À l’image d’une ingénieure directrice d’un secteur de production et seule femme engagée dans cette équipe qui a découvert en fin d’année qu’elle était en fait la moins bien payée de tous ses collègues. Comme Gracie, c’est en ayant accédé à la liste des salaires internes qu’elle s’en est rendu compte. Il faut donc être vigilante, s’informer et ceci d’autant plus lorsque l’on est la première femme à accéder à une fonction jusque-là réservée aux hommes.

Notons enfin que Carrie Gracie s’empresse d’ajouter qu’elle ne le fait pas pour l’argent et estime qu’elle est déjà très bien payé. Imaginez des propos semblables dans la bouche d’un haut dirigeant masculin… Étrange tout de même cette attitude courageuse qui ensuite s’atténue. Cela trahirait-il une certaine culpabilité qui n’a absolument pas lieu d’être?

Restons tout de même optimiste car la BBC affirme souhaiter atteindre l’égalité salariale en 2020. Bon, quand on connait la lenteur avec laquelle les choses évoluent, on reste un peu sceptique. L’avenir nous dira si nous avons eu raison ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *