Le tandem, ce n’est pas que du vélo (et surtout pas du pipeau)

Le baromètre conjoncturel, sans doute le plus respecté de Suisse, affiche des niveaux records*, de quoi se réjouir, enfin! Ajoutez à cela un taux de chômage ayant peu augmenté durant les 16 derniers mois, grâce à des mesures intelligentes pour la plupart, un retour en force et brutal de la lutte pour les talents nous guette: la plupart des sites d’emploi et autres cabinets de recrutement citent d’ailleurs des chiffres d’annonces en forte hausse.

Que faire pour équilibrer un marché de l’emploi tendu et à sec. Accepter plus d’immigration professionnelle? Nos relations compliquées avec l’UE ne vont pas faciliter une solution sur ce front.

Force est de constater que nous avons, dans ce pays, deux profonds déséquilibres en termes d’emploi: entre hommes et femmes et entre temps partiel et temps complet. Nous observons – et soutenons! – la résurgence d’une solution, applicable aux PME surtout,  pour subvenir au manque de personnel qualifié de tous niveaux hiérarchiques: le job sharing.

Nous n’affectons plus ce terme uniquement au partage d’un poste naturellement propice à cet exercice – disons, réceptionniste – mais aux fonctions à responsabilité élevée. Sachant qu’un tiers des forces vives de ce pays travaillent à temps partiel*, il est raisonnable et logique de se questionner sur l’opportunité de trouver des aménagements pour satisfaire les besoins et ambitions légitimes de cette population en quête d’activité enrichissante.

Pour le différencier de l’anglicisme un peu poussiéreux qui le précédait, le nouveau mot qui s’impose est le tandem. Le tandem est un poste ou une fonction partagé dans le temps, mais aussi et surtout, en responsabilité. La solution prête le flanc à des doutes et des critiques: il faut que les participants au tandem s’entendent très bien et partagent la même motivation et éthique de travail. En outre, le recrutement d’un tandem peut se révéler complexe. Les coûts augmentent en raison de l’acquisition de matériel supplémentaire et requiert du travail administratif. L’argument négatif le plus pertinent est le transfert d’informations et le suivi des dossiers.

Pourtant, quand on connaît l’incroyable réservoir de compétences mal, sous ou non utilisées en Suisse et qu’on prend conscience du retour sur investissement plus élevé de personnes employées à temps partiel, il est quasi irresponsable de ne pas donner une chance au tandem, une solution qui comble le fossé entre le désir de temps partiel, les ambitions de carrière, l’importance de faciliter aux femmes (et à certains hommes) l’accès à des postes à responsabilité, le niveau de formation élevé de la population et le manque devenu chronique de main d’œuvre qualifiée, à tous niveaux.

*KOF Baromètre conjoncturel

* Le temps partiel concerne 80% des femmes, maintenant mieux formées que les hommes: plus de femmes que d’hommes sont titulaires d’une maturité fédérale et une majorité des étudiants universitaires sont des étudiantes

1 comment for “Le tandem, ce n’est pas que du vélo (et surtout pas du pipeau)

  1. 18 juin 2021 at 12:03

    Très pertinent, Frank
    Christiane Haasis et Angela Nelissen ont une expérience de partage d’une fonction de management pendant une décennie chez Unilever.
    En interne on parlait de « ChAn » ou « Chan ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *