Un bilan diététique pour les collaborateurs?

Avec le printemps, et comme chaque année, vient le moment des bilans. L’hiver a été propice au farniente, aux repas bien arrosés, aux goûters gourmands, et la météo particulière de ces longs mois ne nous a pas permis de pratiquer vélo ou jogging. En bref nous voilà un peu empâtés, un peu ramollis, un peu soucieux de la reprise en main annoncée pourtant dès le 1er janvier.

Serait-il dès lors opportun de proposer à vos collaborateurs un bilan diététique? Dans la catégorie des oui: nous le savons, un employé heureux et en bonne santé est un employé motivé, impliqué et proactif. Ce même employé saura apprécier que l’entreprise lui propose une approche santé plus ludique que celle concernant la grippe.

Dans la catégorie des non: vous ne saurez échapper à quelques profils hostiles. Celui qui vous dit que c’est une affaire personnelle, celui qui craint le verdict, celui qui se fiche totalement du sujet, celui qui pense qu’il vaudrait mieux et plus rapidement organiser d’autres axes, et dépenser ailleurs l’argent de l’entreprise.

Vous aurez aussi à vous prononcer à titre personnel. Car il faudra donner l’exemple. Que penseriez-vous en effet d’un responsable qui propose du yoga, du footing, du mindfulness sans jamais y participer? Vous penseriez qu’il s’agit au mieux d’une nouvelle tendance branchée, au pire de démagogie.

Alors que faire, avec qui et comment? Dans un premier temps, il faut faire appel à un professionnel de l’alimentation qui saura intervenir de façon documentée et légitimée. Il faut ensuite soigner la communication, en faire une approche ludique et sans enjeux, associée si possible à une autre démarche (massages assis, cours de respiration ou gym posturale dans les contextes professionnels réels), afin de ne pas confondre nutrition santé et bilan médical.

Un questionnaire en amont permettrait à chacun de ne pas se trouver en situation scolaire, avec le choix de tricher un peu. Ce questionnaire serait élaboré puis analysé par la diététicienne, avec un retour en groupe (présentation anonyme des résultats et commentaires de possibles améliorations) afin d’habituer les participants à l’approche. Puis, selon les résultats et vos choix, deux ou trois présentations d’éducation nutritionnelle (sur le petit déjeuner, la pause ou le repas sandwich).

Enfin, seraient proposés des entretiens individuels, qui ne seraient pas une consultation mais la proposition d’ajustements concrets aux erreurs les plus prononcées. Vous pourriez aussi modifier ou ajouter certains choix dans votre restaurant d’entreprise en fonction des échanges et des résultats.

Les moyens et le budget mis à disposition de cette approche sont à définir, mais à priori il s’agira d’un coût modéré, pour une approche ludique et pertinente, facile à organiser et peu chronophage. Les supporters apprécieront que l’entreprise ait à cœur leur santé, les rétifs retrouveront une motivation à commencer le printemps avec des intentions santé renouvelées.

A noter qu’un bilan des changements alimentaires individuels au bout de 6 mois reste indispensable pour donner de la crédibilité à l’opération. Et pourquoi pas naissance à d’autres prestations de ce type.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *