Remettez le travail à sa place!

Savez-vous ce qu’est un piège à poulpe? En japonais, on appelle cela un Tako Tsubo. C’est aussi la forme que prend le cœur lorsqu’il subit de plein fouet la réduction de l’afflux sanguin vers lui, entraînant un affaiblissement du muscle cardiaque. La médecine s’accorde à dire que le stress et les chocs émotionnels en sont les déclencheurs: rupture, épuisement moral ou physique, violences, stress intense. On appelle aussi ce syndrome celui du cœur brisé.

En écoutant le témoignage d’une journaliste qui évoquait cette pathologie, survenue chez elle après des années de malaise et de maltraitance professionnels, je me suis souvenue d’histoires que des gens m’avaient confiées lorsque j’étais consultante. De ce cadre qui déclarait en parlant de son burnout : «Je me sentais sidéré, débranché»; de cette jeune femme qui décrivait des «douleurs perçantes dans la poitrine», après des remontrances de sa responsable. Et plus récemment, d’un de mes amis, cadre suroccupé, qui m’expliquait qu’il n’était pas certain de «tenir encore longtemps physiquement». Etaient-ils proches de vivre un Tako Tsubo?

Qu’est-ce qui retenait ces gens dans un poste qui manifestement les faisait souffrir? La peur? Certaines croyances? Pourquoi acceptons-nous de sacrifier notre vie et ce qui compte vraiment au nom d’un emploi? Peut-être parce que le travail a pris une place surréaliste dans notre société et qu’il y est devenu l’objet d’attentes démesurées.

Il y a quelque temps, j’aurais dit qu’il était important de remettre le travail à sa place. Aujourd’hui, je pense que c’est vital. Il est urgent de repenser notre investissement. Crucial de repenser nos liens avec l’entreprise et l’injonction d’y être heureux. Capital de retrouver notre pouvoir et notre confiance, afin que les rapports se rééquilibrent.

Voici quelques conseils pour aller dans ce sens:

  • Prenez conscience que vous n’êtes redevable à personne pour le travail que vous effectuez, pas plus que l’entreprise ne vous est redevable: il s’agit d’une transaction
  • Donnez-vous la possibilité de choisir votre job et son environnement: formez-vous. En vous donnant les moyens de changer de carrière, vous cassez les chaînes et récupérez votre pouvoir
  • Dites non: au renoncement de vos idéaux, au viol de vos valeurs, à la maltraitance. Et acceptez que certains ne vous aimeront plus: vous n’en mourrez pas et eux non plus
  • Méditez sur la place que vous souhaitez donner à votre vie matérielle: calculez ce dont vous avez vraiment besoin, pour alléger la pression sur vos épaules ou pour travailler moins mais en vivant mieux
  • Prenez l’habitude de vous demander : «Et au pire, que se passerait-il si je perdais mon job?» et allez jusqu’au bout du raisonnement
  • Proscrivez les «oui, mais» : limitants, agaçants, inutiles!
  • Enfin, cessez de vous identifier à votre travail: il ne représente pas, heureusement, ce que vous êtes

Si tout cela n’est pas suffisant pour vous sentir à nouveau libre, devenez votre propre boss! Mais de grâce, ne brisez plus votre cœur.

1 comment for “Remettez le travail à sa place!

  1. Paillard
    26 novembre 2017 at 19:44

    2 colonnes : ce que j’apporte à mon travail et ce que le travail m’apporte. Lorsqu’il y a déséquilibre, je prends un temps et réfléchis à mes besoins !
    Merci Sophie pour le rappel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *