Pourquoi devrais-je me lever le matin?

Qu’est-ce qui vous motive le plus dans votre travail? J’aime poser cette question car elle génère souvent des réponses aux antipodes de ce sur quoi portent réellement les efforts des entreprises: autonomie, mission, développement, responsabilités ou encore qualité des interactions.

Cela ne constitue parfois qu’une petite partie de la réalité du salarié mais représente le point central de sa motivation. Je n’entends en revanche quasiment jamais parler de salaire.

Naturellement, nous travaillons pour assurer notre subsistance, mais si nous n’en avions pas besoin financièrement, le ferions-nous quand même? Lorsque je demande «votre job a-t-il du sens pour vous?», il arrive souvent qu’on me demande ce que cela signifie. Pourquoi est-il parfois si complexe de répondre à cette question?

Le capitalisme a construit l’idée que nous travaillons seulement pour un salaire. Nous y avons cru. C’est ainsi que vous pouvez parfois entendre «j’en ai tellement bavé que maintenant je viens juste pour ma paie». Voilà comment on a galvaudé le sens dans le travail avec des conditions quelquefois insensées.

Repenser la manière dont on organise le travail (autonomie, chaîne hiérarchique, développement, prise d’initiatives, créativité) est essentiel. Et cela va de pair avec le fait de se souvenir que dans tout métier, chacun doit pouvoir trouver une utilité sociale à ce qu’il fait. Ce n’est pas un supplément d’âme! Mais la raison pour laquelle on se lève tous les matins.

Quand le leader perd de vue les raisons et les valeurs qui l’animaient lorsqu’il a créé son entreprise, il sacrifie le sens sur l’autel d’une organisation non stimulante – voire aliénante – parce qu’elle lui paraît rentable. Pour passer notamment de la phase pionnière à la phase pérennisation, faire vivre la vocation et la mission en valorisant leur impact crée de l’épanouissement. Nul besoin d’être médecin ou assistant social pour cela.

Une opératrice de production m’a récemment confié: «Je vois de A à Z le produit que nous fabriquons – et croyez-moi, chers lecteurs, ce produit ne présente pas un sex appeal démentiel -: je sais quel soulagement cela va être lorsque le client va l’avoir chez lui. Je vois pourquoi je le fais».

Faites apprécier à vos collaborateurs le bénéfice de leurs actions, car votre seule réponse à la question «chef, quel est le sens de notre travail?» devrait être : «Rendre le monde meilleur». En faisant du travail une contribution sociale plutôt que financière, gageons que vous aurez de meilleurs résultats. Faites le test ! Demandez à un inconnu de vous aider à pousser votre voiture en panne: il acceptera tout de suite. Adjoignez-y une contribution financière: il réfléchira.

Enfin, le jour où vous entendrez: «ce job, je le ferais même gratuitement!», vous saurez ce que veut dire «donner du sens au travail».

 

 

Pour aller plus loin, je vous recommande l’excellent livre «Pourquoi on travaille?», de Barry Schwartz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *