Un seul réseau personnel vaut mille chasseurs de tête

Imaginez-vous ce candidat (cas récent et vécu) de 50 ans, compétent, apprécié, dans une industrie solide, en croissance, sans risque de «charrette». Il est satisfait, a progressé dans sa carrière, mais l’horizon hiérarchique est bouché. Ces éléments, ajoutés à une certaine lassitude, lui donnent envie d’aller butiner ailleurs. Clair, simple, normal. Ce qui est plus surprenant, c’est qu’avant de venir voir un spécialiste du recrutement, il n’a rien fait pour arriver à ses fins. Il va y avoir un peu de travail.

Gentillesse et management: anachronisme?

Prononcez le mot «gentil» en parlant d’un collègue à des interlocuteurs au sein de votre entreprise et vous aurez toutes les chances que l’on vous jette des regards surpris. Et si vous occupez une position de management, alors là, vous serez quasiment soupçonné d’avoir perdu la raison. On risque bel et bien de vous croire converti à un mouvement religieux plaçant la béatitude et l’idéalisme humain au centre, alors qu’il est attendu des chefs qu’ils soient durs et percutants.

Et si vos meilleurs médias RH n’étaient pas (que) technologiques?

Depuis peu, les professionnels RH se doivent d’endosser – de gré ou de force – une part de la communication d’entreprise, une tâche nouvelle, avec ses codes et ses méthodes.
Une erreur fréquente est de partir à l’exploration des territoires nouveaux du Marketing Employeur en se focalisant sur les divers outils et technologies à disposition.

Le conflit est une faute professionnelle

Alors qu’à leur demande j’essayais d’expliquer à des enseignants, formateurs de futurs cadres internationaux, que le bien-être ou la santé psychique est un moteur essentiel de la vraie motivation et de la performance pérenne, je fis face à deux incroyables croyances, intrinsèquement toxiques.

La première permettrait de penser que la souffrance est bénéfique, ou qu’elle peut l’être. Je n’ose imaginer les ancrages morbides dont elle se nourrit ou les déviances qu’elle peut vouloir légitimer. Ni les perversions qu’elle autorise, du genre «c’est pour son bien» ou encore «tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort».

Comment je me suis disputé ma marque employeur

J’ai récemment eu en entretien un jeune homme de 25 ans. Lorsque je lui ai demandé s’il avait la sensation de bien utiliser ses compétences dans son job, il a répondu: «Je préfère les utiliser dans mes activités extra-professionnelles».

Je me suis dit: «C’est donc ça, la génération Y», la génération «je ne donnerai pas mes compétences à mon patron». Il a ensuite nuancé, en expliquant que contre salaire, il fournissait ses compétences. Compétences qu’il acceptait donc de «vendre». Ma réflexion sur le concept de «cerveau en vente» était née.

Comment faire accepter l’idée d’un module nutrition-santé?

Lorsque je présente mes modules nutrition-santé aux entreprises, je fais toujours le même constat: en tant qu’individu, l’interlocuteur que je rencontre est intéressé par la démarche. Du reste, il en vient rapidement à me raconter comment lui-même s’est «mis» à une meilleure alimentation depuis qu’il a pris du poids, ou qu’il s est mis au sport, ou a vu son entourage se détériorer…

Si l’individu est acquis à la journée santé, qu’en est-il du manager ou du DRH qui se retrouve devant le choix cornélien d’une formation qui obtienne bénédiction de sa hiérarchie et engouement des équipes?

Le manager populaire: un faible?

Témoignage tout récent d’un chef de service actif au sein d’une multinationale: «Si tu es apprécié de tes subordonnés, tu crées immédiatement le doute dans l’esprit de ta hiérarchie, qui te soupçonne d’être trop gentil avec ton équipe, de ne pas placer la barre assez haut, voire d’être permissif, laxiste et inconsistant. Un mou, quoi…».