Le cercle vertueux de l’apprentissage

Phénomène aujourd’hui reconnu: les personnes les plus qualifiées sont celles qui se forment le plus. Selon les derniers chiffres de la FSEA (Fédération suisse pour la formation continue), environ 40% des personnes n’ayant pas dépassé le niveau de scolarité obligatoire ont participé à une ou plusieurs formation(s) continue(s); ce taux monte à environ 60% du côté de celles ayant atteint le niveau secondaire II et à 80% du côté des diplômés de l’enseignement supérieur.

Apprendre, c’est développer ses compétences professionnelles, sociales et personnelles. Les nombreuses offres de formations témoignent de cette évolution vers la spécialisation et la professionnalisation des compétences.

Apprendre, c’est aussi sortir de son cadre de référence, remettre en question ses fonctionnements et ses schémas établis, réfléchir sur soi et sa relation aux autres, ajuster ses actions en fonction de ses expériences professionnelles et personnelles.

Tout nouvel apprentissage soulève de nouvelles questions et réflexions et incite à chercher les réponses, à continuer à se développer. Plus on apprend et plus on développe ses compétences d’apprentissage, grâce auxquelles on apprend encore plus.

Apprendre, c’est finalement revenir à la condition d’humain en début de vie: apprendre pour grandir et évoluer. L’enfant, comme une éponge, apprend de tout ce qui l’entoure. Plus il apprend, plus il veut en savoir, faire des liens pour comprendre et apprendre encore.

Et puis vient l’entrée à l’école, apportant de nouveaux savoirs et de nouvelles réponses. Le cursus scolaire, par son caractère très cadré et normatif, contribue toutefois progressivement à éloigner de cette soif naturelle d’apprendre.

C’est dans ce contexte que le concept de l’apprentissage tout au long de la vie prend tout son sens. Il ramène de fait l’adulte apprenant vers cette intention naturelle d’apprentissage qui le fait grandir et avancer au quotidien.

Alors, rien de plus facile que d’apprendre et de se former? Non, cet apprentissage n’est pas si évident pour les personnes moins formées. Celles-ci sont souvent confrontées à des freins: manque de confiance en soi, peur de l’échec, manque de stratégies d’apprentissage, méconnaissance des possibilités de formation.

Un apprentissage tout au long de la vie pour tous consisterait à aider ces personnes à dépasser leurs freins. Montrons-leur qu’apprendre en tant qu’adulte est différent qu’apprendre à l’école, que cela est accessible à tous et que tout est apprentissage. Valorisons cet état d’esprit et vivons-le au quotidien. Cette posture les aidera alors à entrer elles aussi progressivement – et à nouveau – dans ce cercle vertueux de l’apprentissage et à apprendre tout au long de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *