Des femmes comme il y a peu d’hommes

Notre histoire est pleine de surprise, au gré des découvertes archéologiques qui éradiquent certaines de nos croyances et attestent de vérités oubliées. Si vous voyagez en Bourgogne, ne manquez pas de visiter le hameau de Vix: on y découvrit jadis la sépulture d’une «Dame» celte, régnant sur une tribu, elle-même issue de la civilisation de Hallstatt, qui, des Alpes, rayonna en Europe pendant un millénaire.

Dans cette sépulture âgée de 2’600 ans, auprès de sa tête, un torque de 480 grammes d’or pur. Cette couronne atteste qu’elle gouverna un peuple. Elue par une assemblée de sages représentant l’ensemble du peuple – et qui pouvait aussi la destituer – elle servit ceux et celles qui lui étaient confiés.

Est-ce cela qui horrifiait les peuples méditerranéens de jadis, qui enfermaient alors leurs épouses dans un quasi-esclavage, avec pour seul statut celui de génitrice? Des femmes recevant le pouvoir et dirigeant avec autorité? Vix n’est pas unique: de nombreuses sépultures ou cités du sud de l’Allemagne montrent une organisation similaire.

Aurions-nous pris deux millénaires et demi de retard? Du code napoléonien, aurions-nous désappris la réalité de notre nature humaine, si merveilleusement dissociée et complémentaire?

Beaucoup se réclament de ce sujet à la mode et exigent une meilleure parité, dans un esprit de justice. Certains portent cette demande comme une élégante coquetterie mais répugnent à agir concrètement. D’autres la transforment en un militantisme un peu échevelé, avec parfois d’inquiétants accents sectaristes.

Paradoxalement, et cela dessert leur cause, bien trop nombreuses sont les femmes qui, pour diriger ou manager, singent des comportements «masculins», en oubliant les attributs de leur belle féminité. Elevées à la dure dans les matrices toxiques de firmes où la brutalité relationnelle, l’assassinat verbal et la compétition-prédation sont les premières règles, elles ont appris à renier leur psychisme profond, où aimer constitue un tout premier ressort.

Cette attitude d’anti-nature ne peut manquer d’être difficile à vivre. Certaines, par respect pour elles-mêmes, déterminées à demeurer intègres, fuient les méchantes mascarades d’un pouvoir déshumanisé et se consacrent à d’autres métiers. La gouvernance d’une cité ou d’une entreprise ne serait-elle donc qu’un métier d’hommes, comme voulaient le faire croire grecs et romains? La vraie parité est-elle une question de statistiques? Peut-on la décréter?

Pas plus qu’on ne peut souhaiter que les dirigeants masculins adoptent des comportements «féminins», il n’est admissible que des femmes soient enfermées, au détriment de leur nature, dans des attitudes «masculines» empruntées. Retrouver cette magnifique complémentarité (si précieuse dans tous les aspects de notre vie privée) est la clé de toute parité, durable et bénéfique, au sein de nos organisations. Cette dualité nécessaire permet de créer d’authentiques environnements de travail, équilibrés et sereinement bienveillants: seule une vraie féminité peut calmer nos agressivités et nos peurs!

4 comments for “Des femmes comme il y a peu d’hommes

  1. 5 mars 2018 at 20:28

    Je trouve toujours amusant ce type d’observations « very fashionable » qui émanent de la plume d’un homme alors qu’il reviendrait en toute logique à une femme de les formuler. A cette condition, je les ressentirai comme authentiques et convaincantes. Mais le fond de ma critique est en fait doublement différent. D’une part, je ne suis pas d’accord avec l’attribution simpliste et sexiste que fait l’auteur entre l’homme « toxique et méchant » et, a contrario, la femme qui aurait donc l’exclusivité des émotions, de la zénitude, voire de la belle féminité (j’ignore complètement comment je devrai interpréter ces paroles). D’autre part, je situerai les enjeux actuels non plus à l’intérieur d’un débat axé sur l’opposition voire la confrontation entre les sexes (ce qui sur le terrain peut évidemment toujours représenter un vrai sujet) mais davantage centrés sur la nécessité d’assembler toutes les ressources humaines pour que nous apprenions à mieux vivre cette diversité poly-polaire et à donner un nouveau sens à la place qu’occupe le travail dans nos vies et au sens généré par notre activité macro-économique dans une dimension écologique la plus complète et la plus profonde possibles. Il en va essentiellement de la survie de l’homme en temps qu’espèce et de son habitat qui est notre planète!

    • Xavier Camby
      6 mars 2018 at 19:19

      Merci cher Stephan de ta contribution.
      Je redoute cependant une triple confusion : loin de tout sexisme manichéen, sans aucun jugement arbitraire ni caricature simpliste, mon propos est seulement de pointer des comportements d’emprunts, nécessairement défigurants, que certaines femmes adoptent, d’autant plus qu’elles dirigent.
      Trop minoritaires, elles peuvent singer les comportements de leurs collègues majoritairement masculins. Et ces comportements sont parfois toxiques, même si se voulant « virils ».
      Si d’aventure, je croisais des dirigeants masculins singeant des comportements féminins, je ne manquerai pas de dénoncer cette malheureuse imposture, ainsi que ses éventuels dégâts.
      Ce mimétisme, regrettable en l’occurence, peut peut-être s’expliquer par l’action de nos « neurones miroirs. »
      Pour conclure, et en reprenant les travaux d’Emmanuel Lévinas, nous sommes d’autant plus complémentaires qu’authentiquement nous-mêmes, donc différents.
      Bien à toi, dans l’attente du plaisir de te revoir, à Annecy ou ailleurs.
      Xavier

  2. Xavier Camby
    2 mars 2018 at 11:08

    Bonjour Véronique,
    Peut-on imaginer que les hommes soient les égaux des femmes et parfaitement complémentaires?
    Ce qui est vrai sur le plan génétique et biologique peut-il l’être aussi sur les plans psychique, émotionnel, affectif et spirituel?
    C’est Emmanuel Lévinas qui a démontré la nécessité de l’altérité pour permettre l’identité authentique.
    Je laisse cela à votre réflexion.
    Bien à vous

  3. Véronique
    1 mars 2018 at 12:34

    Les femmes sont les égales des hommes et non complémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *