Cherchons chercheurs qui cherchent

Le cabinet de recrutement est un lieu hybride: le candidat vient certes y chercher un emploi mais son interlocuteur n’est pas l’employeur. Quel comportement adopter par conséquent? Celui du chercheur d’emploi qui a réponse à tout et qui souhaite se présenter sous son meilleur jour, espérant ainsi augmenter les chances que le consultant pousse son dossier? Ou alors adopter une posture plus ouverte et utiliser l’expérience et les compétences du consultant pour faire avancer sa réflexion? Et ainsi recevoir un avis critique, empreint de bienveillance et d’une certaine objectivité.

La deuxième réponse est la plus constructive: même si vous avez parfaitement planifié la suite de votre carrière et que vous avez la prochaine étape professionnelle de votre vie en ligne de mire, il est important, pour le consultant, de comprendre votre cheminement de pensée, le raisonnement derrière la réflexion. Pour plusieurs raisons.

La première: toute personne externe, non émotionnellement impliquée, a une perspective plus objective que vous-même. Un avis extérieur peut amener de la richesse dans la réflexion, remettre en cause les choix ou au contraire les renforcer parce qu’ils ont été construits avec une certaine logique. D’ailleurs, cette extériorité est aussi présente si vous vous adressez à des amis, de la famille. Avec le risque, par contre, d’une plus grande part de subjectivité.

La seconde: il est extrêmement rare qu’une personne n’ait qu’une option de carrière (il est même rare qu’elle n’en ait que trois). En d’autres termes, c’est souvent l’opportunité qui scelle la décision, plus que le choix que vous faites ou le plan que vous avez devisé. Un peu de hasard, beaucoup de nécessité et de la chance (chance qui est, rappelons-le, à la confluence de la préparation et de l’opportunité). Si le consultant n’est pas au courant de vos options, il y a peu de chances qu’il puisse les considérer pour vous aider à trouver le prochain emploi.

La troisième est liée aux deux points ci-dessus. La perspective externe permet au consultant de vous considérer pour des postes auxquels vous-même n’aviez pas pensé, soit parce que vous en ignoriez l’existence, soit parce que le regard figé sur une feuille de route, une carrière, et peu au fait de vos compétences transférables dans d’autres secteurs d’activité, vous n’avez pas l’ouverture d’esprit pour sortir votre réflexion du cadre.

Le consultant est donc un outil à utiliser, un miroir dans lequel vous verrez un reflet peut-être différent de celui que vous aviez jusque-là. Au final, c’est bien au candidat d’avoir l’ouverture d’esprit et le sens de l’opportunité pour tirer le meilleur d’une heure d’entretien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *