Rubriques


Y a quoi à la télé?

Cette semaine, je donnais un téléséminaire (il paraît que le mot existe) à une vingtaine d’employés d’une grosse multinationale. Invit Outlook, MS Teams, bref, le quotidien d’un télétravailleur. Observant avec amusement la mosaïque de visages studieux des participants, je me demandais combien de temps il faudrait à quelques webcams pour arrêter de fonctionner. Et je n’ai pas été déçu. Déjà qu’en tant que présentateur on se bat pour garder l’attention de François qui est à 3 mètres, alors l’attention de Cynthia qui est à Chicago quand vous êtes à Tolochenaz, vous voyez ce que j’en pense…

Nouvelles formes de gouvernance: stop aux caricatures

Les nouvelles formes de gouvernance sont souvent mal accueillies. Et ce pour diverses raisons, souvent subjectives, telles que la peur du changement, la perte des repères habituels et des structures hiérarchiques, le scepticisme ou encore la crainte de ne plus avoir de contrôle sur les employés. Les «entreprises libérées», par exemple, ont fait l’objet de jugements moqueurs ou méprisants issus d’une image souvent caricaturale.

«Ce n’est plus de mon âge!»

Est-il réellement trop difficile d’apprendre lorsque le cerveau vieillit? L’âge est-il une fatalité face à l’apprentissage? On ne peut ignorer le rôle que joue l’âge sur les capacités cognitives. En effet, le vieillissement du cerveau est une réalité qui impacte les capacités d’assimilation et de réaction, qui peuvent devenir plus lentes et rendre ainsi l’apprentissage plus difficile. Cette situation engendre souvent un sentiment de décalage face à la jeune génération et aux technologies. Elle affecte l’image de soi et la confiance en soi. Autant de raisons alors de penser que ce n’est plus possible.

S’engager dans une formation

J’ai la chance d’intervenir comme formateur dans un Master Executive. Dans ce cadre, lors d’une pause, un participant me dit: «Cette année, j’ai dû prendre 23 jours de congé et sortir 15’000 francs de ma poche pour suivre cette formation». Cela m’a interpellé. Premièrement, je me suis dit que vu l’engagement de ce participant, ses attentes doivent être très hautes; cela m’a mis une certaine pression. Deuxièmement, je me suis demandé: «Qu’est-ce qui pousse l’adulte à s’engager dans une formation avec toutes ces contraintes logistiques et financières, pourquoi se faire autant de mal?»

Six bonnes pratiques pour manager à distance

Le coronavirus révolutionne notre manière de concevoir et de pratiquer le travail, à travers une accélération technologique majeure. Avoir le bon équipement, participer régulièrement à des séances virtuelles, s’organiser différemment, se rassurer sur sa santé et celle des autres, tout en réintégrant progressivement le bureau, font partie du quotidien.