A bas les harcèlements… en tous genres!

Sous l’angle purement sexuel, le harcèlement a assurément été la bombe 2017 qui a fait exploser des réalités bien trop longtemps enfouies. Il a malheureusement fallu passer par là pour une prise de conscience générale salutaire. A nous tous de la rendre durable, en évitant les dérapages que l’effet de balancier porte par définition en lui-même.

Osons toutefois un éclairage supplémentaire, car en termes de harcèlement, certaines personnes malfaisantes déploient leurs agissements destructeurs également sur d’autres plans. Il serait regrettable de ne pas profiter de l’actualité susmentionnée pour en parler. Il s’agit ici des rapports humains au sein de l’entreprise et, plus particulièrement, entre les échelons hiérarchiques. Je me concentrerai sur les lignes hiérarchiques verticales, du haut vers le bas, fournissant très certainement la part majoritaire des dérapages.

Ego surdimensionné, abus de pouvoir, pression psychologique, domination, narcissisme, comportement vexatoire, liste non exhaustive. Tous ces ingrédients que l’on trouve dans le processus de harcèlement sexuel se retrouvent malheureusement dans maints rapports hiérarchiques au sein de trop d’entreprises et institutions publiques. On peut donc prétendre, sans prendre trop de risques, que les femmes ayant été victimes de harcèlement sexuel ont très fréquemment subi le reste aussi.

Ceci ne constitue à coup sûr pas une consolation pour elles, mais d’une manière générale, si leurs congénères masculins souffrent bien plus rarement de harcèlement sexuel, il n’en demeure pas moins que sur le plan des pressions psychologiques découlant des rapports de forces, ils ne sont pas en reste.

Les bourreaux sont-ils les mêmes? Il serait évidemment fort hasardeux de mettre dans le même sac tous les chefs qui abusent de leur pouvoir hiérarchique et les prédateurs sexuels. Mais l’on trouve très certainement une importante intersection entre les deux catégories, raison pour laquelle l’actualité de ces derniers mois offre une occasion d’agir sur plusieurs plans, afin de donner un nouvel équilibre non seulement entre les genres, mais d’une manière générale entre les humains.

La concentration de mâles dominants dans maintes sphères de pouvoir est malheureusement une réalité. De ce fait, certains hommes subissant des violences psychologiques forment une communauté de destin avec les femmes. Si ce n’est bien entendu pas une bonne nouvelle en soi, cela constitue toutefois une raison supplémentaire pour que les propriétaires des entreprises se posent les bonnes questions sur les valeurs humaines de leur investissement.

Pour ces mêmes acteurs, c’est également une question de performance. Il n’est tout simplement pas possible à une entreprise de fournir des prestations hors normes de façon durable si elle tolère en son sein des esprits pervers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *